Sarralbe: le premier camembert français 100 % vegan

Un couple de Sarralbigeois vient de créer la toute première entreprise française productrice de spécialités végétales à pâtes persillées et à croûtes fleuries. Camembert, bleu et petits frais, Les Petits Veganne sont épatants.

 

Bluffant… Visuellement, à l’odeur, au goût, le camembert d’Anne et Yannick ressemble à s’y méprendre à un fromage traditionnel. La blancheur de sa croûte et l’onctuosité de sa pâte feront saliver les plus réfractaires. Car, dans ce petit atelier de Sarralbe, il n’y a ni lait ni de crème. Ici, on respecte la condition animale. Les spécialités du couple sont 100 % végétales, élaborées à partir d’oléagineux, de véritables cultures et de ferments d’affinage.

Approchés par les professionnels

Yannick Fosse et Anne Guth viennent tout juste de créer Les Petits Veganne. Pourtant, les sollicitations sont déjà nombreuses. «  Plus d’une vingtaine de professionnels nous ont déjà contactés pour commercialiser nos spécialités : les plus grands sites marchands dans le milieu vegan, des magasins spécialisés et des restaurateurs de toute la France. C’est fou car nous n’avons encore fait aucune publicité  », indique Yannick Fosse.

Rien d’étonnant à cela : Les Petits Veganne est la première entreprise française à réaliser des spécialités végétales à pâtes persillées et croûtes fleuries. Le couple propose quatre fromages : le camembert et le bleu lorrains et deux fromages à tartiner, le petit frais à l’ail et celui au curcuma.

«  Tous sont 100 % bio, vegan, sans gluten et compatibles avec l’alimentation vivante  », indique Yannick.

Des convictions comme starter

L’idée vient d’Anne, végétarienne, puis végétalienne de longue date et désormais vegan. «  Mon gros pêché mignon était le fromage mais quand j’ai su que sa fabrication engendrait la mort de milliards d’animaux, j’ai stoppé net. J’ai commandé mon premier camembert végétal sur internet. Je l’ai trouvé spectaculaire   », se souvient la jeune femme. Une trouvaille malgré tout relativement chère et en provenance de l’étranger. «  Je me suis dit qu’il fallait que je le fasse moi-même : le produit que j’ai alors mis au point était meilleur que celui déniché sur internet.  »

Le jeune couple décide de se lancer dans l’aventure de l’auto-entreprenariat. Leur petite structure a désormais une capacité de production de 1 400 unités mensuelles.

Recettes top secrètes

« Nous avons tout fait de A à Z, indique Yannick. L’investissement est énorme. Il a fallu trouver les recettes, les modifier, les stabiliser. Nous avons aussi créé notre propre laboratoire, comme ces caves à vin devenues caves d’affinage. Ici, tout est d’occasion, car nous voulons aussi limiter le consumérisme. »

Du choix des fournisseurs au packaging en passant par leur site internet, ils ont tout décidé.

Quant aux recettes, elles sont jalousement gardées et leurs ingrédients, tous issus de producteurs bio locaux, « sauf la matière première, la noix de cajou, qui provient de l’étranger, mais d’une filière bio et équitable », indique Anne. La jeune femme a visionné des centaines de vidéos de fromageries pour mettre au point sa technique. Les étapes de la fermentation, d’affinage et du vieillissement à froid n’ont plus de secret pour elle. « Nous travaillons également sur le caillage de lait d’amande pour créer un type de munster, car nous souhaitons étoffer notre offre. »

À travers leur nouvelle profession, leur démarche éthique et environnementale, Anne et Yannick militent pour leurs convictions. Il y a fort à parier qu’ils seront nombreux à être alléchés par les spécialités du renard, logo choisi par Les Petits Veganne.

Article et Photo – Républicain Lorrain du 31/10/2017

Christel ZIMMERMANN

Souscrivez à notre Newsletter

Souscrivez à notre Newsletter

Ne manquez pas de vous inscrire afin d'être les premiers à lire nos articles concernant l'actualité des Petits Veganne

Vous avez été enregistré avec succès!