Quels risques d’écraser les médicaments ?

Certaines personnes peuvent avaler un médicament sans difficulté. D’autres ont l’habitude de décapsuler les gélules ou de broyer les comprimés. Mais quels risques pour cette pratique courante ? Devrez-vous vraiment écraser les médicaments ? Quelles sont les règles pour modifier la forme galénique ou pharmaceutique ? Nous allons vous éclairer dans les prochaines lignes

Pour rendre facile leur administration

La personne malade ou le soignant n’a pas tout le temps le choix. Ils doivent écraser le comprimé. Dans la vraie vie, le patient est incapable de l’avaler tel qu’il est. A titre d’exemple, il se retrouve dans la réanimation, en particulier dans le coma. Il est dans l’incapacité de l’avaler lui-même. Dans ce cas, il faudra penser à lui donner la forme solide via une sonde gastrique ou une voie orale artificielle. Veillez tout de même à ne pas introduire un entier qui pourra obstruer la lumière de la sonde. Il faudra broyer le médicament et le suspendre dans une solution saline ou une alimentation entérale. Pour les enfants et les personnes âgées qui sont incapables de déglutir, il est recommandé d’adapter les doses. Coupez le comprimé en 2 ou 4, ou ouvrez si c’est une gélule. Autrement, il faudra l’écraser et le broyer.

Ecraser les comprimés les rendent inefficaces

Si vous broyez un médicament, vous exposez le principe actif à la lumière, à l’oxygène, voire à l’humidité. Vous prenez le risque de le dégrader, surtout s’il est broyé à l’avance. Vous détruisez ainsi sa protection d’où la destruction du principe actif, voire une toxicité augmentée (en cas de muqueuse gastrique). Le plus grand problème concerne les formes à libération prolongée comme les comprimés enrobés, à matrice ou encore pelliculés. A titre d’exemple, si une gélule à enrobage gastro-résistant peut aider à administrer un principe actif instable dans un milieu au pH acide, sa pellicule y est donc inaltérée. Puis, elle est détruite dans un milieu alcalin où la libération et l’absorption du principe actif se passent dans le duodénum. Alors, si vous broyez le médicament, vous détruisez ainsi la protection. Le principe actif restera dans l’estomac et il n’y a plus d’action pharmacologique. La biodisponibilité sera donc très modifiée ou annulée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.